Fête de la St-Jean-Baptiste – Un congé et des racines à se rappeler !

Fête nationale – CNESST – Congé et Normes du travail

Sur le site de la CNESST – Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail, on peut y lire :

« … le 24 juin est normalement chômé par tous les salariés. Cependant, un employé peut ne pas avoir congé en raison de la nature des activités de l’entreprise où il travaille. Les hôtels, les restaurants et les dépanneurs, par exemple, restent ouverts. Certaines usines où les appareils doivent rester en marche, les fonderies par exemple, peuvent aussi rester ouvertes... »

Cliquez ici pour plus d’infos : CNESST – Congé férié St-Jean-Baptiste

Fête de la St-Jean-Baptiste, un congé ? Nos Anges de la route présents pour nous!

Qu’est-ce qu’un Ange de la route apprend à la base ? Savoir profiter au maximum du moment présent et de tous les beaux moments avec sa famille, ses amis et son équipe, en gardant ses racines en mémoire afin qu’elles lui ouvrent la voie vers un futur positif car la vie est courte.

En ce 24 juin 2020, congé férié légal pour la majorité des travailleurs de la Province du Québec, nos Anges de la route et leurs familles qui les appuient, nos opératrices et opérateurs de dépanneuses et leurs équipes, nos policiers, les équipes de sécurité routière, nos essentiels ainsi que les corps de métiers qui s’y rattachent travaillent et sont en attente pour nous, prêts à répondre « présent » sur votre appel ! Ce métier qu’ils ont choisi avec passion les amènent bien souvent à être sur la route, loin de celles et de ceux qu’ils aiment alors que la majorité des gens festoient.

En cette période incroyable que nous vivons, pandémie oblige avec monsieur COVID cet intrus qui ne veut pas s’en aller, période spéciale à laquelle nous nous adaptons quotidiennement, je souhaite à nos Anges de la route de profiter entre deux appels de ces instants du 24 juin 2020.

Le passé, ancêtre créateur du présent vers le futur !

La « VIE » dès ses débuts sur terre a amené du positif et du négatif, des naissances et des décès, des guerres et des victoires, de la croissance et de la décroissance. Des règles se sont créées, des lois ont été votées, abolies, remaniées. Des faits ont été vécus positivement ou négativement selon la vision que chaque personne a vécu.

Un arbre a, au minimum, 2 faces et donc, autant d’interprétation différentes !

Un arbre a, au minimum, 2 faces selon l’endroit où l’on se place et donc autant d’interprétations possibles et différentes et, lorsque chacun raconte et dit ce qu’il en voit… chacun a raison. Il est important de se rappeler qu’on ne peut changer le passé et faire comme s’il n’avait pas existé et que tout ce qui compose cet historique de nos vies actuelles et ce. en lien avec le monde entier est ce qui fait aujourd’hui la force et la fierté d’être humain dans le respect.

Ce qui est connu et accepté aujourd’hui sera peut-être vu différemment dans 100 ans. Ainsi en fait foi l’histoire racontée de notre drapeau Fleurdelisé et de la Fête Nationale du Québec, la St-Jean-Baptiste.

Fête Nationale du Québec

Le site internet officiel de la Fête nationale du Québec, quant à lui, nous renseigne sur le passé de notre fête nationale et nous parle du « Premier banquet de la Saint-Jean-Baptiste », l’ancêtre de nos festivités telles que nous les connaissons aujourd’hui en 2020 :

« … En 1827, le journaliste Ludger Duvernay devient éditeur en achetant le journal La Minerve à Augustin-Norbert Morin. Sous la tutelle de Duvernay, La Minerve devient rapidement un journal important du Bas-Canada. En mars 1834, Ludger Duvernay, George-Étienne Cartier et Louis-Victor Sicotte fondent la société « Aide-toi, le ciel t’aidera ». Duvernay en est le président. Les membres de cette société se rassemblent et discutent politique et littérature. Duvernay développe alors l’idée de faire revivre une tradition interrompue depuis la Conquête, soit la célébration des fêtes de la Saint-Jean-Baptiste. Son but avoué est de doter le peuple canadien-français d’une fête nationale annuelle... « 

Et nous invite à être TOUS UNIS POUR NOTRE FIERTÉ NATIONALE!

« …La fierté nationale se nourrit des succès de son peuple, mais elle rappelle également la force de celui-ci dans les moments les plus difficiles. Cette année, les Québécoises et les Québécois ont fait preuve d’une immense résilience dans le contexte lié à la pandémie de la COVID-19. Depuis le début de la crise, le Québec a affiché sa grande solidarité. Les gens, même à distance, se sont unis pour offrir des services, ont mis sur pied des initiatives ingénieuses tout autant que réconfortantes pour aider leurs concitoyen.ne.s, pour écouter les consignes afin que cette crise se résorbe le plus rapidement possible. Et cela, ça mérite d’être souligné. La fierté n’est pas un microbe qui s’attrape, mais c’est quelque chose qui se développe, même quand l’humain est au plus profond de sa vulnérabilité. Cette fierté cette année, elle porte le chapeau des services essentiels quels qu’ils soient, de celles et ceux qui ont tenu le fort avec un courage impressionnant, de tout un peuple qui a été éprouvé comme jamais. Parce qu’actuellement encore au cœur de cette crise, nous nous sommes UNIS… »

Cliquez ici pour plus d’infos sur l’histoire de la Fête Nationale du Québec

Cliquez ici pour voir le texte complet et participer à la thématique 2020 de la Fête Nationale du Québec

Historique du drapeau du Québec

Drapeau du Québec – Fleurdelisé

Le site internet de la Société St-Jean-Baptiste nous partage ses recherches concernant le drapeau du Québec, notre Fleurdelisé! | 23 juin 2014 :

 » La fleur de lys porte une longue histoire et symbolise la culture française. C’est en 498 que cette fleur serait apparue pour la première fois sur la grande mante recouverte de lys que Clovis, le roi des Francs, portait lors de la cérémonie de son baptême par saint Rémi à Reims. La croix blanche quant à elle, fait référence aux peuples de France durant la guerre de Cent Ans (1337-1453). Le premier drapeau ressemblant véritablement à celui qu’on connait maintenant provient de Charles VII qui conçoit un drapeau orné d’un champ azur parsemé de lis d’or et traversé par une croix blanche. De ce côté-ci de l’océan, c’est grâce à Jacques Cartier qu’on assiste à la première apparition de cette fleur en Amérique! Quand il planta la croix à Gaspé en 1534, il accrocha un écusson bleu avec trois fleurs de lys dorées. Plus tard, quand Champlain vient à son tour en Nouvelle-France, il fait flotter sur le mât de son bateau un étendard bleu azur avec une croix blanche. »

Cliquez ici pour plus d’infos : Société St-Jean-Baptiste – Historique du drapeau du Québec

Cliquez ici pour consultez le document souvenir de la SSJB – Fleur-de-Lisée 50 ans de 2014

Drapeau du Québec – Wikipédia

Vous avez la passion du remorquage et du dépannage routier ? Vous connaissez un entrepreneur, un gestionnaire qui vit sa passion au quotidien?

Cliquez ici : pour nous le partager et vous inscrire à votre infolettre et vos nouvelles SlRdR !

Vous avez des questions ou commentaires ? #SurlaRoutedesRemorqueurs

Au plaisir de faire connaître et faire croître votre entreprise.

Nicole Laroche, Éditeur Webmestre SlRdR

Laisser un commentaire